Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Il a fallu qu'un jour Dieu sauve

Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé
Au jour le jour
Esaïe 53.4-9 (La Bible)

   4 Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. 5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. 7 Il a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'a point ouvert la bouche. 8 Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu'il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple? 9 On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche.
Regard
Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Recherche

Archive : tous les articles
Mercredi (12/05/10)
Et voilà !
Mon temps sur Joueb est terminé. Rendez-vous sous d'autres cieux !

Si tu as un problème, fais ce que Jésus demande dans l'évangile :
"Entre dans ta chambre. Ferme ta porte et prie ton père".
(Matthieu 6.6)


Ta vie alors changera.

Encore une parole pour ce jour, jeudi 13 mai 2010 : Quarante jours après sa crucifixion et sa résurrection (Pâques), Jésus est reparti au ciel (Ascension), et voici de quelle manière (la Bible, Actes des Apôtres, ch. 1, versets 1 à 10) :

"Après qu'il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu. Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ; car Jean a baptisé d'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint Esprit.
Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ? Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel."


R  É  C  A  P  I  T  U  L  A  T  I  O  N   :
1- Dieu a fait l'homme
Alberto ... Selon la Bible, Dieu est l'alpha et l'omega, l'A et l'O, le commencement et la fin.
2- Dieu appelle

Pierre, Paul ... et les autres : Dieu appelle tout le monde individuellement. Tous, nous sommes pécheurs, séparés de lui et perdus ; mais il nous aime et veut nous sauver.
3- Dieu sauve
Pierre, Paul, Jacques ... Qui que tu sois, si tu réponds à l'appel de Dieu en faisant confiance à Jésus-Christ, tu seras sauvé (toujours selon la Bible).

Ecrit par alberto, a 02:13 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Lundi (03/05/10)
Cherche terre autre offrant prêt sans intérêt
La leçon que l'on peut tirer des 10 ou 20 dernières années est que, pour diriger un pays, et par extention le monde, il faut être plus économiste que politique. Nous attendions les petits bonhommes verts de Mars, et puis quelle surprise ! les technocrates ont fait leur apparition pour gérer la finance, les marchés et tout ce qui s'en suit, au niveau individuel comme au niveau mondial !

Je m'en suis aperçu ! Quand moi, avec ma famille et mes enfants, je me présente à la banque en leur disant que je suis dans la détresse et que j'ai besoin d'argent, je suis accueilli à bras ouvert ! Café, petits gateaux... (non, mais presque). Plus j'ai de dettes, plus ma banque se réjouit ! Une famille endettée n'a pas le choix si elle veut survivre : elle accepte les prêts de la banque mais qu'il faudra rembourser à plus ou moins longue échéance et à quels taux ! Si bien que lorsque le montant réel de la dette est remboursé dans un temps relativement acceptable, il reste encore tous les intérêts à rembourser, qui eux durent, durent, tant que souvent, il vous faudrait plusieurs vies pour les rembourser !

Pareil pour un pays. Quand un pays est dans la détresse, les banques opèrent avec le même processus.

Comment la France et l'Allemagne profitent de la crise grecque ? Ils suffit de parcourir les forums des journaux pour voir à quel point les gens s'indignent. La tactique est simple : Ces grands pays empruntent à 1% et prêtent à 10% au pays pauvre.

Ils confondent aide et profit. C'est un système diabolique, malhonnête, injuste. De quel droit une banque s'autorise-t-elle à prêter aux pauvres en exigeant des intérêts exorbitants ?

Vous ne trouverez pas ça dans la Bible : pour Dieu prêter sans intérêt est normal et juste, surtout entre frères et avec les pauvres ! Les pays de l'UE ne sont-ils pas un peu comme frères ? en tous cas comme membres d'une famille, la famille européenne ?

"Si tu prêtes de l'argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme un créancier, tu n'exigeras de lui point d'intérêt". (Exode 22.25)

"Tu n'exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour rien de ce qui se prête à intérêt." (Deutéronome 23.19)

Voila une des caractéristiques faisant la différence entre le monde actuel et le monde à venir qui est celui de Dieu (le royaume de Dieu).

Quelques précisions à ce sujet : Depuis "la chute" (Genèse 3) opérée par Adam et Eve dans le Jardin d'Eden, le monde actuel a été donné à celui qui a entraîné cette chute, le diable. C'est lui qui en prend les commandes de plus en plus. Comme ce diable a été vaincu lors de la crucifixion de Jésus, il sait qu'il a très peu de temps, alors il met le paquet. Il sait que le monde de Dieu est en préparation (il est même déjà là). Il sait que Jésus est ressuscité et que c'est LUI, Jésus, qui le prépare ce nouveau monde, en invitant les gens à venir à lui par la foi. Il sait que rien ne pourra l'en empêcher. Il sait aussi que rien ne pourra supprimer l'échéance de sa condamnation : un jour Satan sera jeté dans un "étang de feu" et il y restera à jamais de toute éternité. Il sait tout cela. Il sait que le monde actuel lui est donné et il va en profiter. Il est l'adversaire de Dieu et rage contre tous ceux qui parlent du Fils de Dieu venu en chair pour sauver le monde du péché. Et... il rêve toujours d'être lui-même Dieu, d'être le grand souverain, le maître du monde, de la terre entière. Il va essayer et y parvenir pour un temps très court (toujours selon la Bible). C'est pourquoi les chrétiens sont soucieux devant les éléments et les signes annoncés dans la Bible et qui se mettent en place. Ils en parlent, informent et surtout rappellent les paroles que Jésus a prononcées.


Ecrit par alberto, a 13:27 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (02/05/10)
Ma clef

Dans notre poche
Qu'avons-nous de commun les uns et les autres, nous les habitants des pays modernes aux languages différents ? Cherchez... C'est dans notre poche ...

Oui, dans notre poche (dans le sac à mains pour les dames), nous avons tous au moins une clef : celle de notre porte. Une deuxième clef vient habituellement s'ajouter à la première dès que nous atteignons l'âge de 18 ans  : celle de notre voiture. Ensuite tout va très vite, nous nous retrouvons avec un trousseau de clefs dans la poche ! Quelle invention géniale que la clef... et ce qui va avec bien sûr (au moins une serrure) ! Mais malheur si nous perdons notre clef (ou le trousseau, ou si nous ne possédons aucune clef) !

Parfois (en fait toujours) j'aimerais habiter un pays où il n'y aurait pas de clefs et où toutes les portes seraient ouvertes... Mais ce n'est qu'un rêve ! Ce pays n'existe pas. Pour qu'il existe, il faudrait qu'il n'y ait aucune bête sauvage, aucun lion dévorant, pas de serpent venimeux, pas de loup méchant ! Il n'y a que le paradis qui offre cet idéal de vie !

Ok, mais pour l'heure restons sur terre, le pays des clefs !

Beaucoup proposent des clefs pour comprendre ceci ou cela, pour découvrir tel ou tel monde. Je trouve que tout est bon à examiner. J'ai un ami évangéliste qui utilise ce processus et propose  "7 clés" pour aider toute personne en recherche spirituelle. Je lui ai suggéré qu'un passepartout ferait mieux l'affaire ! (une clé permettant d'ouvrir plusieurs serrures)

Personnellement, comme tout le monde j'ai un trousseau de clefs que je ne souhaite pas perdre (et qui fait des trous dans mes poches) . Par contre, pour la compréhension du monde, et pour m'ouvrir à la connaissance de mon être, comme celle de mon semblable, j'opterais pour une seule clef. Cette clef devenue mienne n'est pas en fer, ni en or, ni en métal. J'en tire la substance à travers le récit raconté dans la Bible et dont je parle assez souvent ces temps-ci, le coup de théatre de nos ancêtres Adam et Eve lorsqu'ils ont tous les deux décidé de mordre dans le célèbre fruit défendu. Le fruit que l'on convoite, que l'on trouve beau, que l'on prend, que l'on goûte, que l'on mange, qui est bon, que l'on digère et qui devient alors au fond du coeur et de l'esprit plus qu'une idée ! Au point qu'il en devient pour chacun et chacune une réalité incontournable : celle du "Je fais ce que je veux". A ce propos, on s'image que c'est la révolution de mai 68 qui a introduit cette fameuse notion du "Je fais ce que je veux" ! Mais non ! Adam et Eve l'on pratiqué bien avant nous ! Ils ont fait exactement ce que nous tous faisons maintenant ! Si nous n'étions pas descendants d'Adam et Eve, nous aurions peut-être une autre option, mais ceci n'est que matière à roman ! La Bible nous dit qu'Adam et Eve sont nos premiers parents, que notre génétique remonte jusqu'à eux ! Lorsque l'on dit "Tel père, tel fils, telle mère, telle fille", il y a de ça, nous ressemblons bien à notre père ou à notre mère, personne ne peut dire le contraire !

C'est ma clef
D'ailleurs, un fleuve qui se jette dans la mer a toujours une source (un commencement). L'homme qui marche sur la terre (comme celui qui a marché sur la lune) est d'abord fils d'Adam et Eve. De qui voulez-vous qu'ils soient fils ? S'il nous était possible de remonter systèmatiquement la généalogie à travers toutes les générations au cours des millénaires, nous arriverions à Adam et Eve. Au-delà d'Adam et Eve, les premiers êtres humains, il y a peut-être des singes, mais ce sont des animaux et non des êtres humains. L'important est de faire la distinction et ne pas mêler la lignée animale et la lignée humaine, afin de bien comprendre et de bien saisir, et de croire que l'homme – et non l'animal – est fait à l'image de Dieu. C'est ma clef.

Tout ce qu'a fait Adam et Eve, moi je l'ai fait ! Et nous l'avons tous faits ! Nous avons tous hérité du "Je fais ce que je veux" ayant entraîné "La chute" de nos premiers parents dans le Jardin d'Eden. Nous sommes tous à notre naissance "chassés" du paradis, comme l'ont été Adam et Eve. Nous sommes tous habités continuellement d'un "mai 68" qui se traduit un jour ou l'autre par les actes que nous connaissons. Sans doute que notre destin d'être humain devait d'abord passer par là, par la rupture d'avec notre Père Créateur, ce qui revient à dire : par la rupture d'avec des autorités trop austères. Je suis d'accord.

Ma clef est exactement cette image, celle de la liberté que nous aimons par dessus tout et qui nous semble d'abord plus salutaire, plus nécessaire pour notre vie que tout autre salut, même le salut en Christ ! Mais ce n'est pas tout, ma clef est plus que cela !

Lorsque je suis parti de chez moi, à 18 ans, ma mère a pleuré. Moi aussi d'ailleurs ! Ma mère m'aimait, moi je l'aimais. Ainsi l'amour porte en soi le déchirement. Voler de ses propres ailes implique un apprentissage douloureux et la liberté que nous chérissons à des revers amers, parce que l'amour finit par faire défaut. Et c'est le manque d'amour en définitive qui devient insupportable. Cela ne signifie pas que l'Amour avec un grand A a disparu : cela signifie que nous nous sommes éloigné de cet Amour ! Nous l'avons voulu ainsi.

Nous sommes tous pareils, ma clef est celle de l'homme séparé de Dieu, de l'homme séparé de l'Amour (Dieu est amour), de l'homme séparé de ce qui devait le faire vivre !

Que reste-t-il à faire ? Nous avons besoin de manger pour vivre, ça oui, mais ce n'est pas suffisant pour notre âme ! Si nous ne revenons pas à Dieu, notre âme mourra, notre corps aussi, parce que nous n'aurons jamais la vie en nous (Dieu est la vie). Si nous revenons à Dieu, alors tout sera différent. Nous retrouverons l'Amour, et tout en nous sera renouvelé, notre corps et notre âme ! Nous renaîtrons, parce que Dieu nous donnera ce qu'il a en lui : son Esprit.

Mais pour revenir à Dieu, et c'est ma clef, il nous appartient de nous armer de courage, de bon sens, pour remettre en cause notre "Je fais ce que je veux", sans peur, sans crainte – parce que l'amour de Dieu ne déçoit jamais, il n'est pas comme  l'amour des humains –, afin d'être disposés à faire confiance  à Jésus-Christ. Rien de moins.

Vous avez compris que ma clef est un passepartout !

PS. Tout cela pour dire que nous sommes tous pécheurs


Ecrit par alberto, a 11:42 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mercredi (28/04/10)
C'est lui qui fait éclore en son temps et à son rythme les bourgeons du printemps !

Il n'y a pas de secret. On cherche Dieu ou on ne le recherche pas. Chacun est libre en connaissance de cause, comme l'étaient Adam et Eve qui étaient parfaitement informés de l'issue fatale en cas de désobéissance.

Dès lors qu'ils ont désobéi consciemment en cessant d'écouter la voix de Dieu pour écouter une autre voix – celle du serpent –, ils ont perdu d'un seul coup la relation avec leur Créateur et ont été habité par la mort. Sur le moment, ils ne s'en sont pas rendu compte, ce n'est que plus tard qu'ils sont morts comme meurent aujourd'hui tous les hommes.

La cause de cette mort est la désobéissance d'avec Dieu et cela s'appelle "le péché". Cette fin brutale de l'être n'était pas voulue par Dieu. Lui, ce qu'il veut, c'est la vie éternelle pour tout le monde ! Mais comment faire pour que tout le monde ait la vie éternelle puisque pratiquement tout le monde a désobéi à Dieu au moins une fois dans sa vie ? Et une fois suffit pour être sous le coup de la condamnation et perdre la vie éternelle ! Ce constat est d'une importance capitale pour chacun de nous, il est écrit en bonne place dans la Bible, pour que notre identité soit claire, pour nous éviter de nourrir de vaines illusions quant à notre sort, et pour nous aider à croire en Jésus-Christ afin d'hériter du Salut dont il est lui-même l'objet.

"Tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. Mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à ses yeux, gratuitement, par Jésus-Christ qui les délivre du péché".
(La Bible, Romains 3.23-24)


Il y a donc une délivrance à cet état tragique de l'être humain qu'un seul péché (ou qu'une seule désobéissance) condamne en le rendant mortel et en l'excluant à jamais de la présence de Dieu ! Oui, ce que l'homme ne peut faire et ne pourra jamais faire, c'est-à-dire gagner son salut par lui-même, Dieu l'a fait !

Et voilà la plus belle nouvelle qu'il nous importe de laisser entrer dans notre coeur :

La désobéissance d'avec Dieu ne nous a jamais coupé de son amour !

Rendez-vous compte (oui, parce que plus votre prise de conscience sera grande, plus la peur disparaîtra) : Dieu a toujours aimé sa créature, il nous a toujours aimé, il nous aime et nous aimera toujours ! Et pour une seule raison : Dieu est amour !

Dieu est amour : tout le monde peut venir à lui sans crainte. Il ne repoussera personne ! Il est amour !

C'est écrit, gravé :
Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne soit pas perdu mais qu'il ait la vie éternelle".
(La Bible, Jean 3.16)


Il n'y a pas de plus grande nouvelle que celle-ci ! Il n'y en aura jamais de plus grande !

Attention : Lorsque les pensées de Dieu nous viennent à l'esprit, ou lorsque nous voulons réfléchir sur Dieu, méfions-nous que notre vécu, nos préjugés, nos idées reçues, ne nous renvoient pas vers des idées toutes faites et mal fondées, comme par exemple : le pape, les religions, le crucifix, les catholiques, etc... Nous ferions fausse route. N'ayons pas peur d'aller puiser aux sources ce que nous recherchons (dans la Bible), sans oublier que Dieu nous a aimés et nous aime constamment tels que nous sommes. C'est lui qui fait éclore en son temps et à son rythme les bourgeons du printemps !

Ecrit par alberto, a 17:39 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Deux événements qui attirent mon attention

- La crise grecque
Pour la 1ère fois, un pays de l'UE, et pas des moindres, n'arrive pas à joindre les deux bouts. "La Grèce, lit-on dans les journaux, aurait besoin de 130 milliards d'euros !"
Que faire ? Les autres pays de la zone euro sont en train de plancher. L'aide de l'Allemagne (qui compte beaucoup d'immigrés grecs), sera accordée si... Un vrai casse-tête et une partie de poker, parce que si l'on aide l'un, il faudra aider l'autre, etc...
Cette Union Européenne est très fragile, parce qu'elle est composée de pays forts et faibles. Il n'est pas irraisonnable de se demander combien de temps peut durer cette harmonie... Il me semble que ce temps est compté et qu'il constitue pour nous un temps très précieux. Par ailleurs, hélas, l'idée que la Grèce pourrait provoquer la première faille dans cet édifice n'est pas non plus utopiste* ! Il faut savoir que l'Allemagne, actuellement si performante et si gagnante, sera bien pauvre dans une vingtaine d'années : surendettée, peuplée que de vieux, les jeunes immigrés qui l'habiteront n'auront plus grand chose de l'identité allemande... De ce fait, ce pays pourrait être racheté (par une grande puissance)...
Et que sera la France ? Et l'Europe ?
Mais vous êtes sûrement plus assidus que moi pour suivre ces informations.

Lire aussi :
» DOSSIER SPECIAL - Grèce, un défi pour l'Europe

- L'autre événement attirant mon attention est le débat pro laïque qui vise à interdire les signes religieux. Et notamment en Allemagne (qui compte beaucoup d'immigrés turcs), la nouvelle ministre régionale musulmane, Aygül Özkan, musulmane de 38 ans, qui est aussi la première ministre d’origine turque, ranime le débat et prône le retrait des crucifix des écoles publiques. Ce qui génère évidemment comme un tremblement de terre sur tous les terrains de culture chrétienne. (source)
A noter qu'à la suite des critiques cinglantes du puissant parti chrétien CDU, elle s'est excusée.

Il s'agit du conflit qui dure depuis la nuit des temps, depuis le patriarche Abraham et de ses deux fils, Ismaël, issu d'Agar, la servante ; et Isaac, issu de Sarah à un âge avancé et dont Dieu provoqua une naissance miraculeuse faisant d'Isaac le fils héritier des promesses divines. Mais déjà dans leur jeunesse, Ismaël et Isaac se chamaillaient au point que Dieu les sépara et les envoya chacun dans une direction et chacun vers un pays (promesses à l'appui).

Et Jésus appelle ! Il veut sauver ! Il est le Sauveur pour les uns comme pour les autres !


Aujourd'hui, les peuples venant de ces deux origines sont toujours en conflit. C'est dans ce contexte compliqué, incertain, conflictuel et chargé des siècles de l'histoire, que Dieu a envoyé son Fils unique : Jésus ! Et Jésus appelle ! Il veut sauver ! Il est le Sauveur pour les uns comme pour les autres ! Comme du temps de Noé où Noé fut le sauveur visible et rationnel de notre espèce humaine. Aujourd'hui, c'est Jésus qui veut nous sauver, comme d'un déluge que l'on ne voit pas, que Dieu seul peut nous montrer par la foi, et qui se déploie de plus en plus vite à travers le monde.


* "L’euro est-il vraiment menacée ? Si la réponse est oui , alors c'est de la fin de l'Europe dont il s agit..." ("La fin de l'euro", Christian Saint-Etienne)

Ecrit par alberto, a 01:39 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (19/04/10)
Ma barque n'est plus
© Guy Marchal

Ma barque n'est plus ! (Naufrage en 1979)

Depuis, j'en ai une autre ! Une très belle ! Insubmersible ! Elle n'est pas à moi, mais elle me porte ! En toute sécurité ! Le propriétaire m'a dit qu'il y avait encore de la place !

L'auteur de la vie, de celui qui est la vie, n'est pas loin. Il est là. Tout près. Tu ne le vois pas. Mais il est là !
Il suffit de se connecter à lui. Il suffit d'apprendre à se connecter à lui.


Jésus, mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, désséchée, sans eau...
"O Dieu! tu es mon Dieu, je te cherche ..."
lire Psaume 63



Ecrit par alberto, a 12:13 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (17/04/10)
Des hommes pareils, de Francis Cabrel
Des hommes pareils

Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
Si on y oublie l'essentiel ?
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes...

Moi, j'ai des îles, j'ai des lacs
Moi, j'ai trois poissons dans un sac
Moi, je porte un crucifix
Moi, je prie sur un tapis
Moi, je règne et je décide
Moi, j'ai quatre sous de liquide
Moi, je dors sur des bambous
Moi, je suis docteur-marabout

Et nous sommes
Des hommes pareils

Plus ou moins loin du soleil
Blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
S'il y manque l'essentiel ?
Semblables jusqu'au moindre atome
Vous, vous êtes et nous, nous sommes...

Moi, je me teins et je me farde
Moi, mes chiens montent la garde
Moi, j'ai piégé ma maison
Moi, je vis sous des cartons
Moi, j'ai cent ans dans deux jours
Moi, j'ai jamais fait l'amour
Nous, enfants neveux et nièces
On dort tous dans la même pièce

Quelque soit le prix qu'on se donne
On nage dans le même aquarium
Paroles sur www.tourte.org
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Où nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Tous tendus vers l'espoir de vivre

Qu'est-ce qu'on vous apprend dans les livres
S'il y manque l'essentiel...?
S'il y manque l'essentiel...?
J'aime mieux ce monde polychrome
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes...
Des hommes pareils...



Oui !
Nous sommes des hommes tous pareils...
On partage le même royaume...
On nage dans le même aquarium...
Plus ou moins nus sous le soleil.


Et alors ?
Et alors... j’aime Francis Cabrel ! Je l'aime pour sa richesse poétique, son approche, son art, son talent, sa sensibilité. Il va aussi loin et aussi profond que possible. En même temps, il vient tout près de nous.
Après sa très belle chanson, je voudrais me taire. D'ailleurs je ne dis rien. Je ne dis rien, sauf que... puisque je l'aime, pourquoi n'exprimerais-je pas ma pensée ?... Tenez, prenez une frontière : c’est une ligne. Positionnez-vous : vous êtes soit d’un côté, soit de l’autre. Vous enlevez la ligne, (comme les frontières de l’Europe furent enlevées), rien n’y change : vous demeurez soit d’un côté, soit de l’autre. Le bonheur, pourtant, c’est que, juridiquement, vous pouvez passez d’un côté à l’autre. C’est là une très très grande liberté !

Francis Cabrel nous emmêne tous jusqu'à cette ligne, jusqu'à la frontière d'un pays inconnu.

Nous sommes des hommes tous pareils...
On partage le même royaume...
On nage dans le même aquarium...
Plus ou moins nus sous le soleil.


L’artiste ne peut que soupirer. Mais sa sincérité le fait avancer ! Ce qu'il manque, il nous le cache pas :

Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école... dans les livres
S'il y manque l'essentiel...?


Qu'est-ce donc que cet "essentiel" évoqué par l'artiste ?

Quelle ligne, quelle frontière, doit-on passer pour trouver enfin cet "essentiel" ? Et en même temps, en passant cette ligne, cette frontière, quel pays, quel nouveau royaume trouverons-nous ?

Sans le savoir Francis Cabrel, l’homme, l'artiste, nous mène ici à cette limite, à la frontière de cet autre royaume extraordinaire qui n'est pas de l’homme mais de Dieu ! (j’aime Francis Cabrel, on le sent hésitant à cette frontière)

Un pas seulement suffirait pour passer la ligne ! Un pas seulement suffirait pour passer la ligne, oui mais UN PAS DE FOI !

Si nous avons la volonté sincère d'aimer ce qui est vrai, bon et juste, alors pourquoi ne recevrions-nous pas dans notre coeur les paroles de Dieu qui sont dans la Bible avec le message central de l'évangile de Jésus-Christ ? Nous recevrions ainsi "l'essentiel" ! Nous serions transformés ! Oui, nous serions transformés parce que seul l'amour transforme ! Nous découvririons ainsi l'amour extraordinaire que Dieu a pour nous personnellement !


Ecrit par alberto, a 16:36 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (13/04/10)
Je t'aime
L'homme leva la tête, encore, encore... Il cherchait à voir le soleil, le luminaire ancéstral placé en plein dans le ciel.
– Qu'est-ce que tu fais ? lui demanda sa femme.
– Rien !
– Ca ne m'étonne pas ! Tu veux que je t'aide ?
C'était bien la première fois que sa femme exprimait le désir d'aider son homme. Il trouva l'idée géniale mais n'en dit mot. Et tandis qu'il essayait de regarder encore plus haut en tendant le cou plus en arrière, elle, sa femme, alla se placer silencieusement derrière lui.
– Ça y est ! Je le vois ! Je l'ai vu !
En disant ces mots, il bascula en arrière et sa femme le recueilli dans ses bras. Des spasmes bizarres agitèrent l'homme quelques instants durant lesquels sa femme en profita pour le serrer fort dans ses bras. Enfin, il l'entendit dire ces mots :
– Je t'aime !


Ecrit par alberto, a 17:13 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Dimanche (11/04/10)
Quand son ventre fut rond
--> Tu es né(e) de femme ; maintenant, il te faut naître de Dieu !

La nature nous lie à jamais à ses origines. Aucun être humain ne devrait oublier que les premiers mois de son existence ont été vécus dans le ventre d'une femme et que "l'heureux événement" que suscita sa naissance fut vraiment un heureux événement ! En effet, y a-t-il plus grand que la vie ? La vie est ce qu'il y a de plus précieux et vaut la peine d'être célébrée. Elle est un cadeau. Lorsqu'elle est vraiment le fruit de l'amour, elle est alors la source des plus grandes réjouissances. Claude Nougaroux l'avait compris et célébrée à sa façon :
"Quand son ventre fut rond, en riant aux éclats, elle me dit : Allons, jubile, ce sera un garçon. Et te voilà, Cécile, ma fille"
(Claude Nougaro, Cécile ma fille)

Quand c'est l'inverse et que l'amour n'a pas été à la source de notre naissance, alors la vie nous pèse et nous n'avons vraiment pas envie de la célébrer. "L'heureux événement" (de notre naissance) devient alors à notre esprit le pire des événements ! Je m'adresse à ceux qui sont dans cette souffrance.

Il me semble que ceux qui souffrent de la sorte ont besoin en urgence d'être rassurés. Ils ont des difficultés et sont suivis peut-être par un psy. Ce que j'aimerais leur dire se reflète par mes précédents propos.

Il me semble que ceux qui souffrent ainsi sont comme dans le ventre de Dieu. Encore un peu de temps. Il suffirait... mais non, le temps de Dieu est le temps de Dieu. Un bourgeon ne s'ouvre que lorsque la nature le permet, oui, mais il il y a plus que la nature ! Voilà, c'est cette pensée qu'il faut absorber : il y a plus que la nature ! Il y a plus que le ventre d'une femme ! Mais oui : il y a le ventre de Dieu !

On peut naître d'une femme ! Mais on peut naître de Dieu ! Et bien plus : il faut naître de Dieu. Dès lors que tu es né de femme, maintenant, il te faut naître de Dieu !

Voilà toute la pensée que je voulais développer aujourd'hui. Elle est simple. Elle est facile à retenir. Elle est indépendante de tous les traitements médicaux que tu peux recevoir et qui j'imagine, te sont nécessaires. Peut-être cette pensée te paraît folle. Alors laisse-la mûrir en toi cette pensée et, comme un bourgeon, tu verras, un jour elle mûrira.

Tu es né(e) de femme ; maintenant, il te faut naître de Dieu !
(Jean 3.3-21)


Note : J'ai employé le "il faut" parce que Jésus l'a employé dans ce contexte avec son interlocuteur nommé Nicodème.

Ecrit par alberto, a 11:16 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (10/04/10)
"Décidément, je ne comprendrai jamais les hommes !"

C'est le printemps et bientôt l'été ! L'homme baisse la tête, encore, encore... Il cherche à voir sur son torse nu, en plein sur son ventre, la trace de ses ancêtres laissée par le coup de ciseau : son nombril !
- Qu'est-ce que tu fais ? lui demande sa femme.
­- Rien !
- Ca ne m'étonne pas ! Viens donc plûtot m'aider !
- Pour quoi faire ? lui demande l'homme.
- A planter des petits pois peut-être ! rétorque la femme, ironique.
 L'homme trouve l'idée de planter géniale, mais pas forcément planter des petits pois. Il en informe sa femme :
- Planter ! voilà une idée géniale ! Mais planter quoi ?

Sa femme le regarde. Lui la regarde, puis instinctivement, il laisse descendre son regard à hauteur de son ventre.
- Qu'est-ce que tu fais ? lui demande sa femme.
- Rien !
- Mais si, dit-elle, je te vois bien, tu regardes mon ventre ! Qu'est-ce qu'il a mon ventre, il ne te plaît pas ?
- Mais si, répond l'homme, mais...
- Mais quoi ? demande la femme.
- Mais... il est plat ! ("comme le mien", voulait-il ajouter)
La femme en tombe à la renverse, prise de spasmes bizarres que l'homme n'arrive pas à interpréter. Celui-ci reste planté parce qu'il ne ne sait plus si elle rit ou si elle pleure. Après un moment, il l'entend dire ces mots :
- Décidément, je ne comprendrai jamais les hommes !


Ecrit par alberto, a 20:57 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Articles suivants


Version  XML  - Cette page est peut-être encore valide XHTML1.1 et CSS sans tableaux.